TOP 5 des croyances limitantes

« Nous sommes ce que nous pensons. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde. » (Bouddha)

Qu'est-ce qu'une croyance limitante ?

Notre personnalité repose sur un système de croyances, que nous avons intériorisées et que nous considérons comme vraies. Elles nous servent de repères au quotidien et déterminent notre vision du monde, des autres et de nous-mêmes.

 

Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr

Ces certitudes servent de filtres à notre réalité, différente de celles des autres, et conditionnent notre manière de penser, d'aborder la vie et nos relations.

Lorsqu'elles sont limitantes, ces croyances brident notre potentiel. Freins et blocages trouvent souvent racine dans notre éducation, dans notre entourage, dans la généralisation de nos expériences passées négatives ou douloureuses, dans l'interprétation de nos échecs. Parfois anxiogènes ou paralysantes, ces croyances toxiques sont telles des prophéties auto-réalisatrices, l'effet pervers consistant à trouver des preuves pour les justifier et les valider, à aligner (inconsciemment) ses actes de façon à ce que la réalité s'y conforme.

Croyance n°1 « On n'a rien sans rien »

La croyance qu'il faut souffrir pour y arriver (dans ses études, au travail...) est très ancrée dans nos esprits où s'imposent souvent les notions de devoir et de culpabilité. Le mérite légitimerait un succès, perçu comme la rétribution de nos efforts. Le concept « no pain, no gain » à la base stimulant, valorisant les moyens mis en œuvre pour atteindre ses objectifs, a tendance aujourd'hui à véhiculer l'idée que si on réussit sans peine, ça n'a pas de valeur.

Faut-il vraiment endurer des épreuves pour obtenir, en récompense, ce que l'on veut ? N'a-t-on pas le droit d'être fier de la réalisation de son projet, même s'il n'est pas né dans la douleur ?

Croyance n°2 « Tout a un prix, le bonheur se paie »

Si j'ai trop de chance dans tel ou tel domaine, quelque chose va me tomber dessus : « toute médaille a son revers ».

Y aurait-il une équation existentielle qui impliquerait un paiement pour chaque bonheur ? Cette croyance proche d'une superstition se justifierait par une sorte d'équilibre naturel de la vie : ainsi dit-on, « heureux aux jeux, malheureux en amour ». Selon cette logique, il faudrait devoir rembourser ses dettes à la loterie de la vie après une distribution favorable.

Faudrait-il avoir peur du succès ou du bonheur, sous prétexte qu'on ne pourrait pas tout avoir dans la vie, et que la roue devrait forcément tourner ? Devrait-on culpabiliser et s'inquiéter des belles surprises que l'existence nous offre, de crainte d'avoir à les payer par la suite ?

Croyance n°3 « Je n'ai pas le droit à l'erreur »

Cette obsession de la perfection peut avoir diverses conséquences : la peur de passer à l'action ou de ne pas être prêt, la procrastination, le syndrome de l'imposteur (ne pas se sentir légitime dans ses envies ou réussites).

Ne peut-on pas s'engager dans un projet en ayant mesuré les risques et les difficultés ? Et si vous vous trompiez, y aurait-il vraiment des répercussions négatives pour vous ou votre entourage ?

Croyance n°4 « Je suis comme je suis, je ne peux pas changer. C'est la vie, c'est comme ça »

Cette pensée courante implique une certaine immuabilité, la personne étant persuadée que le destin, le hasard, ou son héritage génétique, l'a défini telle qu'elle se perçoit, pour toute sa vie. Dire « je suis colérique, impatient, jaloux... » positionne l'individu comme passif. En mettant tout sur le dos de la fée qui s'est penchée sur son berceau, il se déresponsabilise d'un pouvoir de décision sur qui il est, sur ses comportements. Cette croyance ne laisse aucune chance d'appréhender la vie autrement. Si tout est écrit à l'avance, si « la vie c'est comme ça », les remises en cause sont limitées.

Ne peut-on pas demain être totalement différent de celui que l'on est aujourd'hui ? N'est-on pas le seul à décider de quel genre de personne on veut être ?

Croyance n°5 « On sait ce qu'on perd mais on ignore ce qu'on gagne »

La peur du changement est un must des croyances freinant l'évolution d'un individu, elle masque les opportunités de réussite pour conduire à une stratégie d'auto-sabotage. Ses meilleures alliés sont la prudence, l’immobilisme, la méfiance. Prenant pour principe le précepte de sagesse populaire qu'« un tiens vaut mieux que deux tu l'auras », il vaudrait mieux éviter d'affronter l'inconnu et d'entreprendre toute tentative de remise en question. Bousculer ses habitudes et ses conditions de vie reviendrait à sortir des sentiers battus, de sa zone de confort (les souffrances ou insatisfactions étant aussi quelque part sécurisantes, puisque connues) et prendre le risque d'échouer dans cette démarche, ou d'éventuellement contrarier son entourage.

N'est-il pas envisageable de tenter une nouvelle expérience en respectant son besoin de sécurité ?

D'autres freins à la réussite, à la chance, à l'action...

Le « oui mais » inhibant cache souvent une croyante limitante, portée par une généralisation (« tout », « jamais », « à chaque fois », etc) qui enferme la personne dans un carcan auto-modelé.

« Je ne suis pas capable de » : n'est-il pas préférable de distinguer « être capable de », qui engage la valeur de la personne, et « avoir les capacités de » (en envisageant par exemple les compétences à acquérir ) ?

« Je suis tel que les autres me voient » : n'est-il pas possible de s'aimer et s'accepter sans l'approbation d'autrui ?

« Mon bien-être dépend des autres » : ne peut-on pas (re)prendre la main sur nos états émotionnels ?

« Si j'atteins mes objectifs, je ne serai plus le même » : n'est-il pas concevable de réussir ce que l'on entreprend sans renier ses valeurs ou perdre son identité ?

« Le bonheur, la richesse, l'amour... ce n'est pas pour moi »
« Je suis trop (âgé, timide...), pas assez (intelligent, persévérant...) pour... »
« Je ne mérite pas de... »
« Je ne suis pas doué pour... »
« Je n'y arriverai jamais. »
«Je ne peux pas me permettre de... »
« Moi, je (ne) suis (pas)... »
« Je suis nul, sans talent... »
« Pour qu'on m'aime, il faut que je sois gentil, souriant, fort... »
« Dans ma famille on (n')est (pas)... »
« C'est mon destin de... »
« Les gens sont tous... »
« Toutes les femmes sont... tous les hommes sont... »
« On ne peut faire confiance à personne »
« La chance, ça n'arrive qu'aux autres »
« Faut pas rêver ».

En finir avec les croyances limitantes

Notre représentation du monde fait écho à des « programmes » intégrés par notre inconscient. Avant de s'en libérer, il faut d'abord les identifier. Prendre conscience de ses freins, c'est modifier son regard sur une situation qui pourrait être vécue différemment. Nos croyances en nos forces et nos faiblesses, en nos capacités ou incapacités, ont autant le pouvoir de nous construire que de nous détruire. S'attaquer au poison de l'esprit que sont les croyances limitantes demande de déloger des habitudes de pensées ancrées en soi, de se battre contre ses dialogues intérieurs pour faire taire la petite voix en soi qui décourage.

Et si vous n'aviez pas peur de l'échec, qu'entreprendriez-vous ? Quelle serait la première étape de de la mise en œuvre d'un projet qui vous tient à cœur ?
Et si vous pouviez dépasser vos blocages, que vous permettriez-vous de faire afin d'être encore plus vous-même?

Si vous avez le sentiment que des croyances limitantes freinent votre épanouissement personnel, si vous souhaitez être accompagné, je vous propose de me contacter.

Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr