Relations toxiques

Relations toxiques · 29. décembre 2019
Inès avait douze ans, lui vingt-trois. Il l’aimait, c’était leur secret. Avec lui, elle se sentait grande et importante. Il faisait attention à elle. Les autres n’auraient pas compris ce qu’ils partageaient de si fort et unique. Alors, pour qu’on ne les sépare pas, ils vivaient leur histoire en cachette. C’était le fils de l’associé de son père. Dès lors qu’il l'a aperçu, il savait qu'il ferait tout pour la revoir, l'avoir. Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr
Relations toxiques · 30. janvier 2019
Marlène a vécu 20 ans avec un pervers narcissique. Aujourd’hui elle est libre d’être elle-même, de s’habiller comme elle le souhaite, de fréquenter qui elle veut, de dépenser son argent sans rendre de compte. Elle a récemment retrouvé un texte écrit du temps où elle était sous emprise. « Il faut que je range mon sac posé sur le meuble de l’entrée, sinon il va encore s'énerver et m'insulter. Je n’en peux plus d’avoir peur du moindre faux pas, de ne jamais être à la...

Relations toxiques · 15. janvier 2018
(texte intégral) Miroir aux alouettes Charmeur, cultivé et entreprenant, il a pris son temps pour s'intéresser à moi, me séduire et me plaire. Il a sorti le grand jeu, comme aucun autre ne l’avait fait : fleurs, cadeaux, restos, spectacles, appels et SMS continus. Pour la première fois, je me sentais exister pour quelqu’un, unique. Il m’a mise sur un piédestal. Il me respectait et j’étais précieuse à ses yeux. Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr
Relations toxiques · 15. janvier 2018
(partie 3/3) Mes blessures et cicatrices sont invisibles. J’ai accepté l’inacceptable, supporté l’insupportable. J’ai voué mon cœur à ses perversions, l’aimer m’a consumée. Longtemps j’avais attendu le déclic pour ne plus le laisser broyer ma vie, pour trouver la volonté de m’extirper de cette relation perverse dans laquelle il m’avait cloisonnée. * suite de Ma vie avec un pervers narcissique : miroir aux alouettes (partie 1/3) et Ma vie avec un pervers narcissique :...

Relations toxiques · 11. janvier 2018
(partie 2/3) Par son éloquence et sa gentillesse, il m’avait mise en confiance et ferrée tel un chasseur avec sa proie. Au fil des semaines, il a tissé sa toile autour de moi. J’ai perdu la main sur ma propre existence, mes pensées, mon agenda, mes relations et mes dépenses. Soumise à sa validation sur mes faits et gestes, il explosait si je ne pliais pas sous sa volonté. Il ne supportait pas que je lui échappe, il voulait me posséder. J’étais avec lui ou contre lui....
Relations toxiques · 08. janvier 2018
Charmeur, cultivé et entreprenant, il a pris son temps pour s'intéresser à moi, me séduire et me plaire. Il a sorti le grand jeu, comme aucun autre ne l’avait fait : fleurs, cadeaux, restos, spectacles, appels et SMS continus. Pour la première fois, je me sentais exister pour quelqu’un, unique. Il m’a mise sur un piédestal. Il me respectait et j’étais précieuse à ses yeux. Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr

Relations toxiques · 09. octobre 2017
La maison de Juliette à Vérone. Les murs sont couverts de cadenas et de pansements où sont inscrits des noms et des initiales. À croire que l'amour enchaîne. À croire que l'amour fait mal. Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr
Relations toxiques · 25. septembre 2017
« Dès qu'elle ouvre la bouche, j'ai l'impression de recevoir un coup de pied au cul. » (Vipère au poing, Hervé Bazin) Considérant leur enfant comme leur propriété, certains parents usent de mécanismes de maltraitance morale (souvent en lien avec leurs propres traumatismes et frustrations). Multipliant injonctions et interdictions, ils sèment alors des graines de peur, d’obligation ou de culpabilité (selon la formule de Susan Forward). Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr

Relations toxiques · 13. janvier 2017
« … j'ai vécu de vous attendre, Et mon cœur n'était que vos pas. » (Paul Valéry) Qu'est-ce que la dépendance affective ? Le dépendant affectif investi l'autre (idéalisé et mis sur un piédestal) du pouvoir de soulager ses souffrances et d'assurer son bonheur. Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr