La crise de la quarantaine

40 ans, le bel âge ? Pour certains, ce virage de la mi-temps de vie sonne le compte à rebours. Cheveux grisonnants et rides un peu plus marquées, routine et responsabilités, confortent l'impression d'une jeunesse laissée derrière soi.


Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr

« Hier encore j'avais vingt ans »

Après une première partie de vie souvent consacrée aux études, à la recherche du premier emploi, à son couple et à la vie de famille, c'est l'heure du constat. On se confronte alors à son vécu, à ses frustrations et ses désillusions. S'interrogeant sur ses choix de vie, sur ses expériences et ses renoncements, on peut avoir le sentiment de s'être oublié et éprouver un sentiment d'urgence à ne plus perdre de temps.

À l'origine de cette crise de la maturité, les signes physiques tangibles du temps qui passe, et les premiers soucis ou bilans de santé, s'ajoutent à d'autres aspects de la vie (psychique, affectif, familial, économique, social, professionnel). Avec la conscience d'un sentiment de finitude, le cap de la quarantaine peut s'avérer anxiogène et déclencher une remise en question de soi. 

Pauline se sent prise de vertige à l'idée de ce passage vers une nouvelle décennie. Elle comprend que la vie file à toute vitesse, que ses parents vieillissent et sont mortels, que ses enfants s'autonomisent et deviendront de jeunes adultes qui quitteront le foyer pour laisser le nid vide.

La menace du tic tac

Reconversion professionnelle comme antidote à une vie de couple à la dérive, nouvelle voiture pour zapper un début de calvitie, changement de coiffure et de garde-robe (à défaut de recourir au bistouri du chirurgien esthétique), recomposition familiale : il peut y avoir plusieurs vies en une seule. Face au diktat du jeunisme et de la minceur, la peur de perdre son potentiel de séduction s'exorcise parfois par la quête de grains de folie : sports extrêmes, virées en boîtes de nuit, etc.

Pour déjouer la montre, Hugo se reconnecte à son corps et multiplie les tatouages, il remonte le temps sur sa moto ressortie du garage.

Dans un sursaut pour (re)vivre des sensations fortes, pour se sentir encore dans le coup, l'homme peut mettre son union en danger en répondant à l'appel du démon de midi, et la femme en se laissant tenter par une relation extra-conjugale.

Résignation, révolution ou évolution

Face au sablier qui s'égrène et au douloureux ébranlement de ses certitudes, on ressent parfois un vide intérieur, une tristesse et une confusion qui génèrent déprime et désarroi. D'autres ressentent un ras-le-bol général (famille, emploi, proches), de la colère, un état de révolte. Enfin, cette transition entre deux cycles de vie peut être vécue comme une opportunité d'envisager un nouveau projet de vie.

Sonnette d'alarme vers un changement positif, un bilan (individuel, professionnel ou conjugal) parfois déstabilisant s'avère propice à une volonté d'épanouissement personnel. L'analyse et la compréhension de cette crise existentielle permet de s'interroger sur le sens qu'elle a pour soi, de faire le point sur le chemin accompli, et la paix avec soi.

Le coaching personnel peut répondre au besoin de se ressourcer, de connaissance et de réalisation de soi. Dans un espace de parole et d'écoute bienveillante, le soutien du coach vous aide à réajuster votre vie, à sortir de situations bloquantes pour valoriser votre potentiel à travers des objectifs à mettre en place. Le tournant de la quarantaine peut se révéler une étape privilégiée pour se réinventer et se donner les moyens d'une existence en accord avec ses envies, ses valeurs et ses exigences, pour se sentir (enfin) aux commandes de sa vie. « On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une. » (Confucius)

 

Par Aouatif ROBERT | psytherapieparis.fr

 

Aller plus loin :

TOP 5 des croyances limitantes